Un monde d'hommes celui de l'automobile ? Plus vraiment. Certes, certaines publicités sont encore empreintes de stéréotypes. D'autres en revanche, les mettent en avant, et pas pour prendre la pose sur le capot, mais le volant, comme Claudia Schiffer, ambassadrice de la marque Opel. Et si, pour l'instant, seules deux femmes - Mary Barra, CEO de General Motors et Linda Jackson, directrice générale de Citroën - sont à la tête de grands groupes, et que 11% de femmes seulement sont à des postes de « top exécutives » dans le secteur (contre 22% dans l'édition, 16% dans les laboratoires pharmaceutiques 14% dans le transport ferroviaire), chez WYZ, par exemple, elles représentent 60% des effectifs. En outre, des efforts sont faits par nombre de constructeurs pour attirer plus de femmes dans les métiers d'ingénieures, par exemple, ou dans les équipes de production. La raison ? Au delà du fait que la diversité est désormais reconnue comme source de profits, les femmes prennent de plus en plus leur place dans l'économie de l'automobile. Un rapport sur le sujet a été présenté à l'occasion du Mondial de l'Automobile de Paris en 2016 par les Sénatrices Chantal Jouanno et Christiane Hummel, afin de tordre définitivement le cou aux publicités sexistes et attirer des femmes dans ce secteur - qui embauche.

 

Aux Etats-Unis, selon les statistiques, les femmes achètent 68% des nouveaux véhicules et 65% des nouveaux pneus. En Angleterre, 80% d'entre elles influencent la décision d'achat d'une voiture, tandis qu'en France, elles prennent 60% de la décision lors de l’achat d’une automobile. En outre, elles achètent différemment. Très en pointe dans l'usage de l'Internet et des réseaux sociaux, elles ont, plus que les hommes (qui se focalisent sur les spécifications techniques), tendance à se renseigner par les canaux numériques pour obtenir des avis. Et préfèrent certaines voitures, au point que les constructeurs ont lancé des modèles pour elles, ou en tout cas, qu'elles apprécient particulièrement.

 

Des blogs pour les femmes fans de voitures

 

De plus en plus décomplexées vis-à-vis de la conduite, même si elles réussissent encore moins bien au permis que les hommes, elles n'hésitent plus à refuser de se faire gruger par les garagistes lors des réparations. La solution ? Des garages dévolus aux femmes, comme Only Girls en banlieue parisienne...

 

Des assurances, aussi, comme drivelikeagirl, lancé en 2013 au Royaume Uni, afin de déjouer la directive européenne de 2011 sur l'égalité homme/femme. Alors qu'auparavant, les femmes, qui ont des accidents moins graves que les hommes, payaient une prime d'assurance moins élevée, elles doivent désormais, au nom de l'égalité, s'acquitter d'une prime identique...

 

Les blog, enfin. Il en existe plusieurs, dont les enjoliveuses (http://www.lesenjoliveuses.fr/), lancé par la journaliste Anne-Charlotte Laugier. En 2006, elle crée d'abord Eve Auto, le premier blog automobile féminin, puis Les Enjoliveuses. Elle a également son propre blog : CharlotteAuVolant (https://www.charlotteauvolant.net). Et enfin, un autre blog met l'expérience de femmes en avant, c'est En voiture Carine (http://www.envoiturecarine.fr). Dans tous les cas, essais de voitures et infos pratiques, avis sur l'actualité du secteur, sans oublier un peu d'auto-dérision !

 

Après tout, il s'agit simplement de renouer avec une tradition ancienne. C'est en effet une femme, Bertha Benz, qui a été la première conductrice en Allemagne, en 1888, pour devenir ensuite une pionnière de l'automobile, et Anne d’Uzès, en 1898, qui a été la première détentrice du permis de conduire en France, sans oublier Sophie Opel, à la tête de l’usine du même nom, en 1895, ni Clärenore Stinnes, une autre Allemande, qui a fait le premier tour du monde en voiture, en 1927. Autant dire qu'aujourd'hui, les femmes ne font que continuer sur cette lancée.